Aphérèse : Prélèvement de cellules souches

Ce lundi, on m’a fait subir une aphérèse pour prélever une certaine quantité de cellules souches. Une aphérèse est une technique qui consiste à faire circuler le sang dans une machine, d’en retirer ce que l’on veut, puis d’immédiatement réinjecter le sang.

Dans quelques semaines, j’aurai une chimiothérapie massive destinée à détruire ma moelle. Juste après cela, on me ré-injectera mes propres cellules souches afin de reconstituer cette moelle. Encore une fois je ne suis pas médecin et je n’ai pas vérifié mon hypothèse, mais je pense que l’idée est de purger mon corps de tout ce qui est lié au cancer afin d’éviter qu’il se re-déclenche.

Pour ce qui est du processus, j’avoue que j’ai beaucoup stressé depuis le moment où on m’en a parlé, et jusqu’à ce que ce soit fini. Dans la pratique, c’est désagréable, un peu douloureux, mais bien moins pire qu’une chimiothérapie.

En gros, pendant environ 2 semaines, on m’a injecté tous les jours, matin et soir, du Neupogen (Filgrastim) en sous-cutané (donc pas dans le système sanguin). Les premiers jours on me l’a fait dans le ventre, mais étant maigrichon, j’ai très peu de graisse, et je trouvais ça inconfortable. Par la suite j’ai appris que ça pouvait aussi se faire dans le bras, alors j’ai préféré que le reste du temps on le fasse là. Je faisais donc le trajet jusqu’à l’hôpital matin et soir pour recevoir mon injection. C’est possible de le faire faire par n’importe qui, ou même de le faire soi-même, mais j’ai préféré que ce soit fait par des professionnels… La plupart du temps, l’injection était totalement indolore, mais de temps en temps c’était un peu douloureux pendant 5-10 minutes. Bref. Le but du Neupogen est d’augmenter la quantité de cellules souches produites par le corps. Question effets secondaires, j’ai commencé à avoir des douleurs osseuses vers la fin, genre au bout de 13 jours d’injection. Nous sommes le lendemain de ma dernière injection, et j’ai toujours mal. C’est difficile d’expliquer en quoi consiste cette douleur, mais en gros c’est un mix entre ce que l’on ressent après avoir “beaucoup trop” marché (genre après une promenade de 20km) et le fait de faire un faux mouvement comme se tordre la jambe. La douleur n’est pas permanente, mais revient dès qu’on force un peu.

Pour ce qui est de l’aphérèse elle-même, la première chose à savoir est que l’on est attaché à cette machine volumineuse pendant jusqu’à 6 heures d’affilée. Pensez à passer aux toilettes, et à manger et boire avant… Ensuite on a des cathéters dans les deux bras, et selon le cas on peut se retrouver à ne pas pouvoir bouger les bras pendant toute la procédure, au risque de se faire mal ou d’arrêter la circulation du sang, mettant la machine en alarme, et ralentissant ainsi le prélèvement. J’avais préparé mon iPhone, et de quoi boire et manger un petit peu, mais j’ai finalement été incapable ne serait-ce que de prendre mon iPhone en main pendant toute la durée de l’opération…

La première douleur vient lorsque le médecin place les cathéters… Je n’ai jamais aimé les aiguilles, même si j’ai eu ces derniers mois des tas de prises de sang et injections. L’aiguille dans le bras gauche, pour le retour du sang, a eu du mal a passer. Ensuite, c’est le fait de ne pas pouvoir bouger qui fait mal. On finit par avoir une crampe assez forte et ne plus pouvoir bouger les bras. La crampe  n’est plus douloureuse à 90% dans les minutes qui suivent le moment où on enlève les aiguilles, mais il en reste un petit quelque-chose pendant un jour ou deux. Là, j’ai un peu mal quand je force, par exemple quand j’ouvre une porte avec un système de fermeture. En dehors de ça, l’aphérèse elle-même ne donne aucune douleur. C’est l’immobilité et le placement des aiguilles qui sont douloureux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *